Suroccupation : le couchage est pénalisé

Les vaches laitières consacrent 50 à 60% de leur temps au couchage.L'impact de la suroccupation d'un bâtiment d'élevage sur le temps de couchage a été mesuré : un sureffectif de 50% entraine 1h42 de couchage en moins !

Les vaches laitières consacrent normalement 50 à 60% de leur temps au couchage. Si les vaches ne restent pas couchées assez longtemps, leurs fonctions physiologiques et leur santé s’en trouvent affectées. Des périodes de couchage réduites peuvent également entraîner des pathologies d’onglons et limiter les déplacements à l'auge.

Des chercheurs du Centre de recherche pour la production laitière de l’Université de Colombie-Britannique à Agassiz ont étudié les conséquences de la suroccupation d’une stabulation laitière, lors d’un essai réalisé de mai à juillet 2003, sur des vaches laitières de race holstein en production.

L’objectif de cette étude était de mesurer l’impact de la suroccupation sur les comportements de lever et de coucher. La recherche a été menée sur quatre groupes de 12 vaches auxquelles 12, 11, 10, 9 ou 8 logettes ont été mises à disposition. Ainsi, des taux de suroccupation de 100%, 109%, 120%, 133% et 150% ont pu être comparés. Outre le coucher et le lever, l’étude visait à comprendre dans quelle mesure la suroccupation influe sur le comportement agressif, autrement dit à quelle fréquence les vaches s’excluent mutuellement de la logette.

La suroccupation empêche les vaches d’être couchées en même temps et conduit à des périodes de couchage totales réduites.

L'analyse des résultats de cette étude met en évidence le prolongement des périodes en position debout hors des logettes (voir tableau ci-dessous) au détriment du temps de couchage (en recul de presque deux heures dans le cas d'un taux d'occupation de 150%). 

« Avec l'augmentation de la densité, relèvent les auteurs de l'étude, une proportion plus importante de vaches préfère aller se coucher après la traite plutôt que d'aller au cornadis pour accéder au fourrage frais : cela augmente le risque de mammites d'environnement. »

Comportement des vaches laitières en fonction du taux d'occupation
  100% 109% 120% 133% 150%
Temps de couchage (h/jour) 12,9 12,1 12 11,5  11,2
Position debout avec les pattes avant
dans la logette (h/jour)
1,4 1,4 1,4 1,4 1,5
Position debout avec les pattes avant
hors de la logette (h/jour)
8,4 8,9 9,1 9,6 9,9
Temps entre la traite et le coucher (min.)
39 34 38 28 26
Exclusion de la logette (nombre/5h) 0,7 0,9 1,6 2,1 1,9

En outre, la suroccupation du bâtiment augmente la fréquence des exclusions des logettes :  la concurrence pour le couchage rend ces comportements agressifs trois fois plus fréquents !

Trois fois plus d'exclusions des logettes

Les conclusions de l'étude sont les suivantes :

- S’il y a moins de logettes que de vaches, les temps de couchage sont réduits et les vaches restent debout plus longtemps hors des logettes. Ces deux paramètres constituent des facteurs de risque en matière de pathologies des onglons.
- La suroccupation est source de stress : après la traite, les vaches vont se coucher plus rapidement dans les logettes en cas de suroccupation (concurrence indirecte), ce qui engendre des conflits prenant la forme d’exclusions des logettes.

Source : Fregonesi et al. 2007: Overstocking Reduces Lying Time in Dairy Cows. (La suroccupation réduit le temps de couchage des vaches laitières.) J. Dairy Sci. 90:3349–3354

Vos commentaires
Laisser un commentaire >> Aucun commentaire
PLANTAR
L'Economique - Le meilleur marché pour une qualité de fourrage optimale
Plus de détails

KARERA P
Tapis caoutchouc pour les zones pavées/bétonnées comme les allées de circulation, les...
Plus de détails

AVILED ECO
Luminaire économique pour bâtiments porcins
Plus de détails

Copyright © 2024 Agriest Elevage - Tous droits réservés - Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.torop.net - Plan du site