Le photopériodisme : un levier efficace

Pour améliorer l'adéquation entre la disponibilité du lait de chèvre et les besoins du marché, notamment des fromages, il est possible de modifier artificiellement la photopériode par un éclairage approprié des bâtiments d'élevage.

L'activité sexuelle de l'espèce caprine est très saisonnière : elle se concentre à l’automne, lorsque la durée du jour diminue. La saison naturelle de reproduction débute vers la mi-août et se termine en janvier-février. Cela entraine une forte saisonnalité des disponibilités de lait de chèvre (produit majoritairement au printemps et en été), tandis que la demande du marché est plus importante en hiver.

La reproduction de l'espèce caprine est fortement liée à la photopériode.Les variations saisonnières se manifestent, chez la chèvre, par l’existence d’une période d’anoestrus saisonnier (abscence de chaleurs) et, chez le bouc par une diminution du comportement sexuel, de la production spermatique en quantité et en qualité, entraînant ainsi des baisses plus ou moins importantes de fertilité et de prolificité dans les troupeaux. Ces variations sont reliées aux changements dans la durée de l’éclairement quotidien (photopériode). Les jours courts sont stimulateurs de l’activité sexuelle et les jours longs inhibiteurs. Il n’existe aucune durée du jour constante permettant le maintien d’une activité sexuelle permanente. La maîtrise de l’activité sexuelle n’est possible que par une alternance de jours longs et de jours courts.

Le photopériodisme, c'est à dire le traitement des chèvres et des boucs avec un supplément de lumière artificielle, constitue un des leviers à la disposition des éleveurs pour modifier la répartition de la production laitière au cours de l'année.

Le levier du photopériodisme

Par rapport aux traitements hormonaux (pose d'implants de mélatonine et d'éponges vaginales), le contrôle de la photopériode n'entraine pas de manipulations supplémentaires des animaux. C'est un moyen efficace pour contrôler la reproduction chez la chèvre. De plus, lorsque le traitement lumineux est appliqué en début de lactation, il y généralement augmentation de l’ingestion alimentaire et de la production laitière.

Concrétement, pour induire une activité sexuelle au printemps, il est nécessaire d’appliquer artificiellement une période de jours longs (en fin d’hiver. Cela revient à remplacer un jour long réel par un jour long simulé. L’éclairement est apporté  par des dispositifs fournissant au moins 200 lux au niveau des yeux pour les animaux (à titre indicatif, en pleine journée par temps couvert, l'intensité lumineuse est supérieure à 2 000 lux). La conception du luminaire, la couleur des murs et du plafond ont un impact important sur les besoins en éclairage et la consommation électrique. Ainsi plus les murs sont pâles, plus ils réfléchiront la lumière, diminuant ainsi les besoins en éclairage. La présence d'un déflecteur améliore la répartition de l'éclairage.

La même fertilité qu'à l'automne

Les jours courts peuvent être mimés par les jours naturels qui suivent le traitement « jours longs », lorsque ce dernier s'arrête avant la fin février ou la mi mars. En pratique, dans les bâtiments ouverts ou ayant accès à la lumière naturelle, il faut réaliser une aube fixe (éclairage de 6 h à 9 h le matin) puis éclairer la phase photosensible. Ce traitement appelé « Flash » dure deux heures soit de 22 à 24 h.Dans ces conditions, en utilisant des boucs traités de la même façon et utilisés en lutte naturelle, la fertilité et la prolificité sont très proches, voire identiques à celles de la saison sexuelle alors que les femelles sont fécondées en avril/mai.

Le traitement « jours longs » doit durer un minimum de deux mois. Il est actuellement recommandé d'appliquer au moins 75 jours longs. L'introduction du bouc peut se faire entre 35 et 70 jours après le début des « jours courts ». Une meilleure synchronisation semble cependant être obtenue entre 50 et 70 jours. Lorsque l'effet mâle a réussi, le pic de fécondation a lieu entre 5 et 10 et de 20 à 30 jours après l'introduction des boucs.
Afin d'obtenir des mises-bas en octobre, mois où les productions laitières par lactation sont les plus élevées, le programme lumineux sera le suivant (schéma 1) :

 

 

  •  15 décembre : début des jours longs ;
  •  1er mars : fin des jours longs ou début des jours courts ;
  •  15 avril : introduction en permanence des boucs portant les harnais marqueurs ;
  •  1er juin : fin des jours courts et le retour aux jours naturels ou aux jours longs ;
  •  21 juin : échographie des femelles ayant été exposées au bouc.

 

Vos commentaires
Laisser un commentaire >> Aucun commentaire
WELA PUZZLE
Tapis de couchage individuel pour stabulation libre
Plus de détails

BELMONDO Classic
L’éprouvé, particulièrement robuste, adapté aux ferrures spécifiques, crampons et poi...
Plus de détails

ZETA
Blocs de coffrage PVC
Plus de détails

Copyright © 2021 Agriest Elevage - Tous droits réservés - Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.torop.net - Plan du site