Lumière et productivité des vaches laitières

La photopériode impacte la sécrétion lactée, via la sécrétion de mélatonine au niveau de l'épiphyse de la vache. Un bon éclairage de l'étable favorise ainsi la production laitière.

La mélatonine est une hormone qui joue un rôle central dans la régulation des rythmes chronobiologiques des bovins comme des humains. Elle est synthétisée par l'épiphyse, quand la luminosité captée par la rétine est faible, c'est à dire surtout la nuit, mais également dans les bâtiments faiblement éclairés.

 

L'influence de la lumi&eagrave;re sur la production laiti&eagrave;re
La mélatonine freine l’activité et augmente la fatigue.
La lumière empêche la sécrétion de cette hormone.
Quand le niveau de mélatonine diminue, le niveau de l’hormone IGF-1 augmente, ce qui stimule l’activité de la vache et favorise ainsi sa production de lait.
La mélatonine sécrétée en plus petite quantité favorise la production potentielle de la vache laitière.

 

Moins de mélatonine = plus de productivité

Une étable bien éclairée garantit une production laitière optimale. Il a été prouvé qu’un éclairage adéquat de l’étable (au moins 100-200 lux) peut engendrer une augmentation de la production de lait de 6 à 10%1 .

Synthèse graphique de 10 études sur l’influence de la durée de lumière sur le rendement laitier :

Graphique : synthèse de 10 études sur l’influence de la durée de lumière sur le rendement laitier2 .

Voici les conclusions des différentes études concernant les effets de l’intensité d’éclairage sur la production des vaches laitières :

Une photopériode courte (16 heures de jour/8 heures de nuit) stimule la production laitière, notamment lorsqu’une photopériode courte (8 heures de jour/16 heures de nuit) a été observée au cours de la phase de tarissement.
Les génisses devraient être exposées à une photopériode de jours longs (16 heures/jour) après leur sevrage jusqu’à la puberté qui favorise le développement des tissus mammaires.  
Durant les 60 derniers jours de la gestation, les génisses et les vaches en lactation devraient être exposées à une photopériode de jours courts (8 heures/jour) qui leur permet de maximiser leur rendement laitier lors de la lactation suivante et qui renforce leur système immunitaire pendant la transition. 
Selon les données issues des recherches, l’effet des photopériodes de jours longs se manifeste au bout de 3 à 4 semaines. 
  • - Une photopériode longue (16 heures de jour/8 heures de nuit) stimule la production laitière, notamment lorsqu’une photopériode courte (8 heures de jour/16 heures de nuit) a été observée au cours de la phase de tarissement.
  • - Les génisses devraient être exposées à une photopériode de jours longs (16 heures/jour) après leur sevrage jusqu’à la puberté, qui favorise le développement des tissus mammaires.  
  • - Durant les 60 derniers jours de la gestation, les génisses et les vaches en lactation devraient être exposées à une photopériode de jours courts (8 heures/jour) qui leur permet de maximiser leur rendement laitier lors de la lactation suivante et qui renforce leur système immunitaire pendant la transition. 
  • - Selon les données issues des recherches, l’effet positif des photopériodes de jours longs sur la productivité laitière se manifeste au bout de 3 à 4 semaines.

 

IGF-1 : le facteur de croissance insulinomimétique de type 1 est une hormone qui stimule la production de lait par la glande mammaire.

Source : Impact de la lumière sur la production laitière

Source : G. E. Dahl and D. Petitclerc, 2003 : Management of photoperiod in the dairy herd for improved production and healthJ Anim. Sci. 81:11-17

 

Vos commentaires
Laisser un commentaire >>
Agriest
Le 01/04/2016
Très bonne question Carole : l'intérêt d'un éclairage d'appoint bien dosé dans le bâtiment d'élevage est justement de se rapprocher des conditions "naturelles" dans lesquelles évoluaient les ancêtres sauvages des bovins domestiques. C'est à dire une photopériode (alternance jour/nuit) et une saisonnalité marquées. Ces conditions sont celles qui permettent le meilleur fonctionnement des mécanismes hormonaux qui président au sommeil, à l'alimentation, à la reproduction... et bien entendu à la production laitière !
Carole Bucaille
Le 16/03/2016
Et les vaches ? Leur santé es ce normal
Et bon pour elles
Unimat
Revêtement caoutchouc pour protéger vos murs.
Plus de détails

KURA SB
Revêtement de sol avec surface incurvée autour de la fente du caillebotis
Plus de détails

BELMONDO Motion
Conçu sur mesure pour s’adapter exactement à votre marcheur couvert.
Plus de détails

Copyright © 2024 Agriest Elevage - Tous droits réservés - Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.torop.net - Plan du site