Douleurs animales en élevage

Ouvrage collectif sur le thème de la douleur en élevage, coordonné par Pierre le Neindre, chercheur à l'Inra.

Le monde de l'élevage doit naturellement tenir compte des évolutions des représentations de la population française en matière d'animaux. Voici un excellent ouvrage collectif pour mieux comprendre cette réalité, afin de mieux communiquer bien sûr, mais aussi d'aménager son cadre de travail.

Les conditions de vie des animaux prennent une importance croissante dans les représentations collectives : c'est le constat dressé par les auteurs d'un ouvrage collectif sur le thème de la douleur en élevage, coordonné par Pierre le Neindre, chercheur à l'Inra. En cause, de multiples changements intervenus dans la société au cours des dernières décennies. Ainsi la population française, en s'urbanisant, s'est progressivement éloignée des réalités du monde rural, de sorte que désormais « c'est l'animal familier qui incarne la figure de l'animal ».

Intolérance à la douleur

Notre propre rapport à la douleur a également évolué, dans le sens d'une intolérance croissante, tandis qu'étaient mis au point des solutions pour l'atténuer. Enfin, l'éleveur n'est plus seul à avoir voix au chapitre, tous les acteurs des filières, la distribution, ainsi que les associations de protection des animaux prennent part au débat. L'ouvrage « douleurs animales en élevage » a fait appel à de nombreux auteurs et contributeurs de disciplines aussi variées que l'éthologie (étude du comportement), le droit, l'histoire, la neurobiologie... Le champ de la douleur des animaux d'élevage renvoie à des concepts philosophiques, des données économiques, des connaissances pointues en matière de fonctionnement du cerveau. Cet ouvrage collectif réussit la prouesse d'être à la fois très accessible et très précis. Il dresse un état des lieux des connaissances actuelles en matière de douleur en élevage (de la naissance à l'abattage), après avoir abordé l'évolution de la demande sociétale en la matière et le cadre juridique européen.

Supprimer, substituer, soulager

Il inventorie également les solutions pour limiter la douleur, selon les trois S « supprimer, substituer, soulager », trois axes de recherche d'alternatives aux pratiques actuelles sources de douleur avérées. Ainsi il serait possible de supprimer l'épointage des dents des porcelets sans que cela ne pose de problème majeur dans la conduite d'élevage. La coupe de la queue chez ces mêmes animaux ne pourraient en revanche être évitée qu'en revoyant le mode de logement (abandon du caillebotis au profit de la litière). Enfin, la castration des mâles pourrait être soit substituée par l'immunocastration (voie vaccinale) soit adoucie par un traitement antalgique.

Vos commentaires
Laisser un commentaire >> Aucun commentaire
KIM Longline (Rouleau)
Tapis caoutchouc en rouleau pour les jeunes bovins.
Plus de détails

ABBIFAN 140 XG
Ventilateur à haut rendement
Plus de détails

ProfiDRAIN
Le tapis à canaux de drainage, pour des couloirs plus secs
Plus de détails

Copyright © 2024 Agriest Elevage - Tous droits réservés - Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.torop.net - Plan du site